Los Involucrados

Qui est Pablo Fajardo?

On a beaucoup parlé de Steven Donziger, l'avocat américain à l'origine du procès frauduleux contre Chevron en Équateur, mais on en sait moins sur Pablo Fajardo, le principal avocat équatorien à l'origine de cette mascarade.

JuicioCrudo 29/03/2019

Qui est Pablo Fajardo?

Pablo Fajardo joue un rôle clé dans le stratagème frauduleux de Donziger contre Chevron. Non seulement a-t-il demandé l'aide des autorités du gouvernement équatorien, mais il a également corrompu des juges pour rédiger de manière clandestine le jugement contre Chevron. Son comportement illégal a été confirmé par des témoignages sous serment et par une énorme quantité de preuves, notamment des heures de séquences inutilisées du documentaire CRUDO.

Fajardo espère obtenir 190 millions de dollars dans le cas improbable où ils pourraient exécuter la sentence équatorienne frauduleuse.

Voici comment la Cour fédérale des États-Unis du district sud de New York décrit le rôle de Fajardo dans la fraude :

Fajardo a promis à un juge équatorien 500 000 dollars pour régler l'affaire en faveur des plaignants et signer le jugement qu'ils avaient préparé : La Cour fédérale des États-Unis a déterminé que « [le jugement] a été rédigé par l'équipe des DLA [plaignants] et signé par Zambrano ». La Cour a également déterminé que « Fajardo, avec l’accord de Donziger, a promis à Zambrano 500 000 dollars des gains obtenus à la suite du verdict, afin qu’il émette une décision en faveur des DLA et qu’il signe la sentence qu’ils avaient élaborée. » La Cour a ajouté : « Compte tenu de l'intégralité du dossier - y compris, sans limitation, des preuves indirectes qui soutiennent principalement l'argument de Chevron et l'évaluation par le Tribunal de tous les éléments de preuve pertinents - le Tribunal conclut que a) Zambrano a convenu avec Fajardo de régler l'affaire pour un paiement de 500 000 dollars à payer sur le produit de la sentence, (b) Fajardo l’a fait avec l’autorisation expresse de Donziger, (c) les DLA ont rédigé l’intégralité ou la majeure partie de la sentence, et (d) Zambrano a signé son projet sans modifications importantes dans le cadre de la contrepartie de la promesse de 500 000 dollars. »

Des actions illégales ont été commises pour obtenir la sentence prononcée en Équateur : La Cour a conclu qu'avec l'aide de Fajardo et d'autres membres de l'équipe juridique des plaignants, Donziger était civilement responsable de nombreux actes commis illégalement au cours du procès Lago Agrio. Entre autres, il est question de : extorsion, fraude électronique, blanchiment d'argent, falsification de témoins, entrave à la justice et violation de la loi américaine sur les pratiques de corruption à l'étranger et sur les voyages, ainsi que de la loi contre le crime organisé (RICO). En conséquence, la Cour conclut que « la sentence de l'affaire Lago Agrio a été obtenue par des moyens corrompus. Les accusés ne seront en aucun cas autorisés à en bénéficier. »

Fajardo a illégalement payé l'ex-juge Alberto Guerra pour qu'il rédige de façon clandestine les conclusions et les sentences : La Cour américaine a également déterminé que Fajardo aurait pris des dispositions pour que Guerra agisse en tant que rédacteur clandestin de Zambrano dans l'affaire Lago Agrio, en écrivant des avis favorables aux plaignants en échange d'environ 1 000 dollars par mois. L'analyse médico-légale de l'ordinateur de Guerra a révélé la présence de neuf projets d'ordonnances qui ont ensuite été présentés par Zambrano dans l'affaire Lago Agrio. En échange de ses services en tant que rédacteur fantôme, « Fajardo lui versait parfois de l'argent liquide dans la rue, à Quito ». Comme l'a déclaré Guerra au cours du procès, « [Fajardo] [me] remettait une enveloppe blanche vierge qui contenait des billets de 20 dollars US et de 50 dollars US ». À d'autres occasions, les membres de l'équipe juridique des plaignants « déposaient de l'argent dans le compte de Guerra à la banque Banco Pichincha » - de tels paiements ont été vérifiés dans les relevés bancaires de Guerra.

Fajardo et son équipe ont soudoyé l'expert désigné par la Cour : Fajardo et l'équipe des plaignants ont soudoyé l'expert nommé par la Cour, Richard Cabrera, et rédigé clandestinement le rapport présenté par Cabrera sur lequel reposait la sentence de Lago Agrio. Le Cour équatorienne a demandé à Cabrera d'agir « en toute impartialité et de façon indépendante vis-à-vis des parties ». Cependant, Fajardo et son équipe ont subrepticement et illégalement prédéterminé les conclusions de Cabrera et l'ont corrompu afin qu’il les présente. Peu de temps avant la nomination de Cabrera, Fajardo a dirigé une réunion entre Cabrera et l'équipe des plaignants. Au cours de cette réunion, Fajardo a expliqué : « Le fardeau ne sera pas porté par l’expert. Nous le portons entre tous ». Un autre membre de l'équipe qui a présenté des déclarations sur cette réunion a indiqué que Fajardo avait laissé « de côté le prétexte selon laquelle M. Cabrera agirait de manière indépendante  ». En fin de compte, l’équipe des plaignants a rédigé le rapport de Cabrera et lui a versé plus de 100 000 dollars en pots-de-vin.

Fajardo et son équipe savaient que leurs actions étaient répréhensibles : Le tribunal a déterminé que « Donziger savait à tout moment que ce que lui-même et l'équipe des DLA avaient fait avec Cabrera était immoral, trompeur et illégal ». Craignant que les courrier électroniques échangés entre Fajardo, les consultants techniques ayant rédigé le rapport de Cabrera et l'un des avocats des plaignants [soient révélés publiquement], il a envoyé à l'équipe un courrier électronique dans les termes suivants : « les effets sont potentiellement dévastateurs en Équateur (en plus de détruire le procès, tous tes avocats sommes susceptibles d’aller en prison) ». La Cour a déterminé que ce courrier électronique était « un de ces éclats aveuglants de franchise qui peuvent se produire même dans les brouillards ??du mensonge ». 

Compartir: